webleads-tracker

Posts tagged " automatisation "

Étude : L’intelligence artificielle rendra nos métiers plus humains

No Comment yet - 27 mars 2019 par dans Blog, Capital Humain

Le cabinet de conseil en stratégie Akoya, publie un livre blanc qui pose la question de l’impact de l’intelligence artificielle sur nos métiers. Grâce à une approche pragmatique et nourrie d’interviews de spécialistes (Synomia, Clustree, SoftRobots, HireSweet, …), Christelle Golhen, consultante au sein du cabinet et experte du sujet, apporte des réponses aux dirigeants, managers et RH qui souhaitent comprendre l’impact de l’IA sur les métiers dont ils ont la responsabilité.  

Cette étude démontre que l’IA va prendre en charge les tâches intellectuelles volumétriques et répétitives, pour nous permettre de parier sur nos points forts, nos qualités les plus humaines : improvisation, création, jugement critique et empathie [CLIQUEZ POUR TÉLÉCHARGER].

 

IA : vers la fin des estimations pessimistes ?

En mai 2016, l’OCDE anticipait que 9% des emplois au sein des pays de l’Organisation présentaient « un risque élevé » d’automatisation par les robots. En 2018, un consensus se dégageait plutôt vers la création de plus de 58 millions de nouveaux emplois dans le monde d’ici 2025, grâce à l’automatisation.

L’intelligence artificielle (IA) est une vague technologique qui va changer la nature des tâches et des compétences de millions de personnes. Des métiers vont évoluer, d’autres vont apparaître, c’est pourquoi il est essentiel d’essayer de comprendre ce qu’est l’IA, les transformations qui résultent de son développement en entreprise, et d’anticiper sur les opportunités qu’elle représente.

 

Quelles clés d’analyse de l’impact de l’IA sur nos métiers ?

Le livre blanc publié par le cabinet de conseil en stratégie Akoya, propose de mettre tout le monde d’accord autour d’une définition simple de l’intelligence artificielle et de ses caractéristiques.

 

« L’IA est une discipline scientifique qui cherche à reproduire les facultés cognitives humaines ; on dit que l’IA commence lorsque la machine explore ses propres règles », explique Christelle Golhen, consultante senior chez Akoya et auteure de l’étude Intelligence artificielle : Vers des métiers plus humains.

Christelle Golhen
Consultante senior et auteure du livre blanc
Intelligence artificielle : Vers des métiers plus humains

 

Plus l’intelligence artificielle se développe, plus il est critique d’anticiper son impact sur les métiers. L’étude identifie 4 sortes d’impacts :

  • L’augmentation (l’IA sert l’employé et augmente son efficacité sans pour autant réduire la valeur ajoutée humaine et en proposant la création d’une valeur nouvelle) ;
  • La rationalisation (l’IA fait gagner du temps mais prend le pas sur la valeur ajoutée propre à l’humain)
  • La substitution (l’IA remplace l’humain dans sa tâche) L’absence d’impact (aucune technologie ne peut réaliser ces tâches à leur stade actuel de développement).

L’IA, plus qu’une menace, est donc l’opportunité de reconstruire des métiers plus humains en libérant les employés des tâches intellectuelles volumétriques et répétitives et en leur permettant d’augmenter la valeur qu’ils créeront grâce à leurs qualités humaines.

Quel impact sur les compétences ?

L’évolution des métiers existants est inévitable et va permettre de placer le collaborateur là où ses facultés humaines sont les mieux exprimées. L’adaptation à l’IA va également de pair avec la création de nouveaux métiers, à commencer par les concepteurs d’algorithmes d’IA et les designers des systèmes adjacents. Les collaborateurs en charge de concevoir et maintenir les IA auront besoin d’un niveau « expert » en data science et machine learning, appartenant à la catégorie de compétences STEM (Sciences, Technologies, Ingénierie & Mathématiques).  Cependant, il ne faut pas négliger l’acquisition d’une compréhension minimale de l’IA par tous les collaborateurs de l’entreprise, pour qu’ils sachent faire preuve d’esprit critique vis-à-vis de la machine.

Méthodologie

Akoya Disrupt a déployé une méthodologie de décomposition d’un processus en activités, et en tâches, pour qualifier la nature de l’impact de l’IA à l’échelle de la tâche et quantifier les gains de temps estimés. Cette méthode a abouti à une classification comprenant 29 tâches élémentaires réparties en 6 catégories : les tâches cognitives, les tâches liées à la gestion de ressources, les tâches interpersonnelles et sociales, les tâches linguistiques, les tâches physiques et manuelles et les tâches technologiques.

Akoya Disrupt, la cellule de R&D d’Akoya

Pour rester à la pointe sur l’humain en entreprise, Akoya s’est doté d’Akoya Disrupt, une cellule de R&D qui coordonne des programmes de recherche de 3 mois sur des sujets tels que les RH et le Big Data, l’humain dans les M&A, ou encore l’impact de l’intelligence artificielle sur nos métiers.

TÉLÉCHARGEZ NOTRE ÉTUDE MAINTENANT

WEEKLY #129

No Comment yet - 18 novembre 2016 par dans Weekly
La sélection des contenus RH qui nous font réfléchir.

# FOCUS

La guerre des générations n’aura pas lieu

On s’est bien payé notre tête à nous dépeindre des seniors plus fatigués, prêts à réduire le rythme et moins disposés à explorer. Et dans le même temps nous vanter les mérites d’une nouvelle génération, Y, Z (peu importe sa lettre) positive, enthousiaste, investissant plus dans ses compétences et faisant plus attention à sa forme. Eh bien, il n’en est rien. C’est prouvé. Les différences entre générations sont beaucoup moins marquées qu’on a voulu nous le faire croire, et il est donc urgent de repenser le développement RH sur des bases individuelles plutôt que sur des préjugés collectifs.

# EN BREF

40 ans, job de « loser »

À l’approche de la quarantaine, prise de recul et remise en question battent leur plein. On fait le point sur sa vie professionnelle et on reprend son destin en main. D’après une étude réalisée par OpinionWay auprès de salariés français, 40 ans serait l’âge idéal pour remettre en cause sa situation professionnelle et faire en sorte d’atteindre ses objectifs personnels de vie…


Le sur-mesure à l’épreuve de l’automatisation

Serait-ce la fin des politiques de comp & ben opaques ? Certains grands groupes, tels que la RATP ou Engie, ont en tout cas pris le parti de clarifier leurs systèmes de rémunération et de primes. Cette tendance s’accompagne généralement d’une automatisation des processus, séduisante sur le papier, mais qui limite la possibilité des managers de faire du sur-mesure lors des situations exceptionnelles.
Clarifier le sujet dans les Echos Business


« You know nothing, Jon Snow »

Et si Jon Snow en savait plus qu’on ne le pense ? Et si les Learning & Development managers s’inspiraient de la série Game of Thrones pour bâtir la formation des cadres ? Pour cela, rien de plus simple : transposez la stratégie digitale de fidélisation d’audience de la série aux plateformes virtuelles de formation. Construire, renforcer et maintenir les participations : de quoi passer un hiver tranquille…
Comprendre les stratégies de GoT grâce à Personnel Today

# BONUS

[INFOGRAPHIE] Akoya décrypte : la performance

Archives