webleads-tracker

Posts tagged " intelligence artificielle "

Étude : L’intelligence artificielle rendra nos métiers plus humains

No Comment yet - 27 mars 2019 par dans Blog, Capital Humain

Le cabinet de conseil en stratégie Akoya, publie un livre blanc qui pose la question de l’impact de l’intelligence artificielle sur nos métiers. Grâce à une approche pragmatique et nourrie d’interviews de spécialistes (Synomia, Clustree, SoftRobots, HireSweet, …), Christelle Golhen, consultante au sein du cabinet et experte du sujet, apporte des réponses aux dirigeants, managers et RH qui souhaitent comprendre l’impact de l’IA sur les métiers dont ils ont la responsabilité.  

Cette étude démontre que l’IA va prendre en charge les tâches intellectuelles volumétriques et répétitives, pour nous permettre de parier sur nos points forts, nos qualités les plus humaines : improvisation, création, jugement critique et empathie [CLIQUEZ POUR TÉLÉCHARGER].

 

IA : vers la fin des estimations pessimistes ?

En mai 2016, l’OCDE anticipait que 9% des emplois au sein des pays de l’Organisation présentaient « un risque élevé » d’automatisation par les robots. En 2018, un consensus se dégageait plutôt vers la création de plus de 58 millions de nouveaux emplois dans le monde d’ici 2025, grâce à l’automatisation.

L’intelligence artificielle (IA) est une vague technologique qui va changer la nature des tâches et des compétences de millions de personnes. Des métiers vont évoluer, d’autres vont apparaître, c’est pourquoi il est essentiel d’essayer de comprendre ce qu’est l’IA, les transformations qui résultent de son développement en entreprise, et d’anticiper sur les opportunités qu’elle représente.

 

Quelles clés d’analyse de l’impact de l’IA sur nos métiers ?

Le livre blanc publié par le cabinet de conseil en stratégie Akoya, propose de mettre tout le monde d’accord autour d’une définition simple de l’intelligence artificielle et de ses caractéristiques.

 

« L’IA est une discipline scientifique qui cherche à reproduire les facultés cognitives humaines ; on dit que l’IA commence lorsque la machine explore ses propres règles », explique Christelle Golhen, consultante senior chez Akoya et auteure de l’étude Intelligence artificielle : Vers des métiers plus humains.

Christelle Golhen
Consultante senior et auteure du livre blanc
Intelligence artificielle : Vers des métiers plus humains

 

Plus l’intelligence artificielle se développe, plus il est critique d’anticiper son impact sur les métiers. L’étude identifie 4 sortes d’impacts :

  • L’augmentation (l’IA sert l’employé et augmente son efficacité sans pour autant réduire la valeur ajoutée humaine et en proposant la création d’une valeur nouvelle) ;
  • La rationalisation (l’IA fait gagner du temps mais prend le pas sur la valeur ajoutée propre à l’humain)
  • La substitution (l’IA remplace l’humain dans sa tâche) L’absence d’impact (aucune technologie ne peut réaliser ces tâches à leur stade actuel de développement).

L’IA, plus qu’une menace, est donc l’opportunité de reconstruire des métiers plus humains en libérant les employés des tâches intellectuelles volumétriques et répétitives et en leur permettant d’augmenter la valeur qu’ils créeront grâce à leurs qualités humaines.

Quel impact sur les compétences ?

L’évolution des métiers existants est inévitable et va permettre de placer le collaborateur là où ses facultés humaines sont les mieux exprimées. L’adaptation à l’IA va également de pair avec la création de nouveaux métiers, à commencer par les concepteurs d’algorithmes d’IA et les designers des systèmes adjacents. Les collaborateurs en charge de concevoir et maintenir les IA auront besoin d’un niveau « expert » en data science et machine learning, appartenant à la catégorie de compétences STEM (Sciences, Technologies, Ingénierie & Mathématiques).  Cependant, il ne faut pas négliger l’acquisition d’une compréhension minimale de l’IA par tous les collaborateurs de l’entreprise, pour qu’ils sachent faire preuve d’esprit critique vis-à-vis de la machine.

Méthodologie

Akoya Disrupt a déployé une méthodologie de décomposition d’un processus en activités, et en tâches, pour qualifier la nature de l’impact de l’IA à l’échelle de la tâche et quantifier les gains de temps estimés. Cette méthode a abouti à une classification comprenant 29 tâches élémentaires réparties en 6 catégories : les tâches cognitives, les tâches liées à la gestion de ressources, les tâches interpersonnelles et sociales, les tâches linguistiques, les tâches physiques et manuelles et les tâches technologiques.

Akoya Disrupt, la cellule de R&D d’Akoya

Pour rester à la pointe sur l’humain en entreprise, Akoya s’est doté d’Akoya Disrupt, une cellule de R&D qui coordonne des programmes de recherche de 3 mois sur des sujets tels que les RH et le Big Data, l’humain dans les M&A, ou encore l’impact de l’intelligence artificielle sur nos métiers.

TÉLÉCHARGEZ NOTRE ÉTUDE MAINTENANT

WEEKLY #179

No Comment yet - 8 décembre 2017 par dans Weekly
La sélection des contenus RH qui nous font réfléchir.

# FOCUS

Ils m’ont remplacé par R2D2

Selon le dernier rapport de McKinsey, robotisation et intelligence artificielle devraient impacter 60% des métiers d’ici 2030, y compris parmi les cadres. Mais pas de panique : à la clé, des créations d’emploi significatives, et des reconversions professionnelles massives, notamment vers des secteurs tels que la santé ou l’art. Pour une transition fluide, l’engagement politique pour la formation et la flexibilité du marché du travail est néanmoins indispensable – notamment dans les pays développés, où les salaires élevés impliquent davantage la suppression de postes automatisables.
Diagnostic complet d’une transition imminente sur Usine Digitale

# EN BREF


Se méfier de l’eau qui dort

Les millennials, plus orientés profits qu’ils n’y paraissent ? C’est ce que l’étude menée par Kantar et American Express met en évidence. S’ils arrivent, sans surprise, avec des attentes telles que l’autonomie, la créativité ou le besoin de sens, leur ambition à devenir PDG est réelle pour 61% d’entre eux. 39% déclarent même qu’ils privilégieraient le profit au bien-être de leurs salariés !
Rencontrez votre futur manager avec Les Echos


 C’est moi qui pilote

En pleine crise des talents, le Strategic Workforce Planning s’impose comme la solution pour anticiper les enjeux de demain. Mais qui doit en avoir la charge ? Si le SWP doit rester détenu par le business, dans les faits les opérationnels manquent souvent de temps. Aux RH donc de prendre le sujet à bras le corps, créer des postes dédiés ou faire appel à des consultants extérieurs (nous ?).
Prenez possession du SWP avec HR Magazine


Génie, fais de moi…

Nombreux sont les dirigeants qui souhaitent trouver le haut-potentiel qui leur offrira succès et pérennité. Seulement, identifier et développer la perle rare demande une méthode adaptée. Commencez par en dresser le portrait-robot. Une fois trouvée, formez-la avant de l’envoyer sur le terrain et donnez-lui les moyens de développer ses idées en l’entourant par exemple d’une équipe dédiée
Trouvez le salut avec DDI World

 # BONUS

[INFOGRAPHIE] Travail et économie

 

WEEKLY #167

No Comment yet - 18 septembre 2017 par dans Weekly
La sélection des contenus RH qui nous font réfléchir.

# FOCUS

Tar’ ta gueule à la récré !

Chez Akoya, quand on tombe sur un article de la HBR qui martèle la nécessité d’anticiper les besoins en effectifs et en compétences, ça rappelle ce moment où le type le plus cool du collège prend votre défense dans la cour de récré. Au-delà des éléments que vous connaissez déjà grâce à nos tables-rondes, quelques axes de travail à retenir de cette tribune : concentrer les talents sur les métiers qui permettront à l’entreprise de se différencier sur son marché ; développer sa capacité à cartographier les expertises internes ; adopter une approche volontariste pour combler les écarts identifiés.
Devenir le king de la récré grâce à la HBR

# EN BREF


L’IA nous sauvera

Une étude sur l’intelligence artificielle s’inscrit en faux contre l’idée que les robots vont nous piquer nos boulots. Au contraire, l’IA a permis à 80% des entreprises qui la pratiquent de créer des emplois. Et l’on apprend que c’est l’Inde qui mène la marche des automates. Bémol, même si l’IA soutient l’évolution des cadres sup’, ses conséquences sur les populations les moins formées restent incertaines.
Retrouver l’étude de CapGemini sur l’Usine Digitale


 Femmes de pouvoir

La direction de Covéa et son récent réseau de femmes Cov&elles, soutiennent ces dernières dans l’accès à des postes à fortes responsabilités. Covéa fait déjà figure d’exemple avec 64% de femmes dans ses effectifs, mais seulement 32% occupent des hautes fonctions… Pour y pallier, Cov&elles se concentrera en 2018 sur le mentorat interne et l’accueil d’intervenants extérieurs.
S’inspirer des bonnes pratiques de Cov&elles dans Capital


Maman, je peux venir avec toi au travail ?

Vos jeunes pros sont très mobiles et disponibles. Mais vos employés pères/mères de famille rechignent à s’éloigner trop longtemps… Employeurs, pour retenir vos talents sur le long-terme, misez sur la flexibilité : adaptation des horaires, télétravail… il est même possible d’emmener ses enfants au bureau !
La mode est au flex sur Personnel Today

 # BONUS

[VIDÉO] Mon bureau c’est mon bateau
(ou comment travailler sous antiémétiques)

Archives